Submitted by admin on Fri, 04/03/2020 - 15:58

En République Démocratique du Congo, les entreprises du Portefeuille de l'Etat bloque la réforme et freine le développement social en refusant de restitue à l'Etat Congolais son dû. Il y a question de savoir la personne ou l'institution étatique qui dicte en coulisse de sales conseils aux chefs d'entreprises de ne pas verser dans la caisse publique autant de millions.

Il n'y a pas longtemps que Monsieur Yuma, PCA de la Gécamines a été mis sous la sellette d'accusé, cité dans le détournement de 200 millions de dollars américains, prétendument empruntés pour payer sa contribution dans le trésor public.  Les personnes de mauvaises augures ont éclaboussé Maître Georges Kapiamba, le président de l'ONG ACAJ, Association Congolaise pour l’Accès à la Justice en le traitant de tous les maux du monde, comme s'il réclamait sa quote-part. Alors que les défenseurs de Monsieur Albert YUMA se faufilaient en ligne indienne, en catimini se faire mendiants au lieu de plaider la cause du peuple Congolais.

En vérifiant toute la liste des entreprises qui doivent verser dans le trésor public, la Gécamines se montre première débiteuse. Elle doit à l'Etat Congolais 362,973,274 USD de dette. Elle est suivie de la Société National de Chemin de Fer du Congo (SNCC) avec 161,350,859 USD. Ces deux entreprises ont leur siège sociale et administratif à Lubumbashi.

La Gécamines est une société géante de la RDC, c'est-à-dire, le poumon de la République. C'est elle, dans des années 60, 70 et 80 gonflait le budget de l'Etat avec 207,000,000 USD à partir de 2012.

Cette entreprise d'Etat bénéficie d'un appui important de ses 35 partenaires miniers non moindre. Et dans chaque entreprise partenaire, la Gécamines gagne plus de 20 % d'exploitation ou de production. En dehors de ça, cette société reçoit annuellement les loyers d'amodiation, les pas de porte, les dividendes et les royalties. Quant au versement en terme de Royalties et Pas de porte, les entreprises publiques contribuent à raison de 50 %.

En tant société du portefeuille d'état, elle a la facilité de verser dans le trésor public d'Etat sa participation budgétaire et payer son personnel sans recourir aux exercices frauduleux.

En 2016, comme illustration de ce que la Gécamines gagne de ses partenaires, la GECAMINES avait déclaré avoir perçu 110 millions de dollars au titre de la cession de ses parts dans METALKOL . Mais les états financiers renseignent un montant de 170,000,000 USD perçus.

Selon ITIE/RDC, les états financiers de la GECAMINES de l’exercice 2016 renseignent une avance sur royalties de $USD 61,1 millions reçue en 2016. L’entreprise n’indique nulle part avoir transféré au Trésor Public la part lui revenant soit 30,550,000 USD.

Egalement, les états financiers indiquent un encaissement d’un montant de 19,200,000 USD en 2016 au titre de pas de porte. Ils renseignent aussi deux autres pas de porte respectivement de 4,800,000  USD et de 125,000,000 USD.

Ce que nous venons d'écrire ne présente que l'exercice illustratif qui doit nous préciser que la Gécamines ne doit pas faire semblant de ne pas posséder de l'argent à payer ou faire voir aux gens de recourir aux tierces entreprises étrangères pour emprunter de l'argent afin de payer au trésor public.